Archives

Ça c’est passé comme ça !

« Ça s’est passé comme ça » ne pose que des questions essentielles. Qu’on se le dise!Ca c'est passé comme ça- Marc buléon

Dans “Ca s’est passé comme ça”, je pars de toutes ces histoires pour raconter l’évolution de l’univers depuis ses origines jusqu’à nos jours. J’hésite à choisir tel chemin plutôt que tel autre. Rien n’est sûr! Mais rien n’est sûrement faux!
Les réponses sont drôles ou poétiques ou violentes. Elles viennent de l’imagination la plus débridée comme de la croyance la plus profonde. Elles ont l’air d’histoires que les hommes se racontent depuis toujours.

« Avec Marc Buléon, l’humour et la poésie sont convoqués au berceau de la parole »(Ouest-France)

conte et musique (bolon, n’goni, udus et voix)


CONTEX’TET

Ce projet est né de ma rencontre avec le compositeur « Bruno Regnier » en 2005.
Notre choix musical s’est porté sur l' »X’tet », ensemble de la Compagnie « A suivre… », constitué de 9 solistes improvisateurs, à même d’interpréter les musiques d’origines diverses, mais également rodés à l’improvisation et à la transmission orale.
Les contes seront joués tant par l’ensemble que par un soliste, un duo, un trio, toujours dans une dimension très acoustique qui mêle jazz, folklore et musique de chambre.
Les contes proposés ont été choisis en fonction de leur force, leur poésie ou leur drôlerie. Ils ont eu beau traverser des siècles, ils nous parlent de l’aujourd’hui. Ils viennent du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Extrême-Orient ou de France.
Avec Sébastien TEXIER (Sax alto et Clarinettes), Rémi DUMOULIN (Sax ténor et Clarinettes), Olivier THEMINES (Clarinettes), Alain VAN KENHOVE (Trompette et Bugle), Matthias MAHLER (Trombone), Alexis THERAIN (Guitare), Frédéric CHIFFOLEAU (Contrebasse), Matthieu DESBORDES (Batterie)


Duos, paroles singulières

Ulysse

Spectacle joué en Collège principalement.

D’après l’Odyssée d’Homère

“Il y avait trois frères qu’on appelait des dieux…”

En quelques phrases, le conteur met en place le décor. Il installe les dieux dans l’Olympe, “une maison étrange, l’Olympe, perchée tout en haut du ciel !

Du chaos à l’olympe

chaos olympe Marc BuléonSpectacle joué en Collège principalement.

De la naissance de la terre au mythe de Sisyphe

De la naissance de la terre au mythe de Sisyphe, l’homme qui mourut deux fois…

BABEL

Récit et théâtre d’objets

(A partir de 9 ans)

 » Un petit bijou de conte à mettre entre toutes les mains, les oreilles et les yeux. »

Stephane .Pajot – Presse Océan

A base de langages (ré) inventés des mondes d’hier et d’aujourd’hui, d’ombres portées à la chinoise, de fins cordages emmêlés, de fil de fer rouillés, entrelacés, de bonshommes improbables sculptés dans le cuivre, on entre dans le récit mythologique.

Une histoire terrible, ancienne comme le monde, et pourtant tellement d’actualité.

Ce nouveau spectacle de Marc Buléon, créé en décembre 2013,  est un conte fabuleux, un rêve inaccessible autour de la mythique tour de Babel.

A base de langages (ré) inventés et réels du monde d’hier et d’aujourd’hui, d’ombres portées à la chinoise, de fins cordages emmêlés, de fil de fer rouillés, entrelacés, de bonshommes improbables sculptés dans le cuivre, on entre dans le récit mythologique.

Marc Buléon n’avait pas mêlé le récit et la manipulation d’objets depuis 20 ans. Son ancien métier d’ébéniste et ses années de conteur donnent à voir et à entendre une création émouvante, drôle et parfois violente, comme un vibrant hommage au Cirque de Calder.

« Raconter les récits les plus anciens, c’est faire le choix de devenir le maillon d’une chaîne très longue d’artistes-artisans qui maintiennent vivante, non pas une tradition, mais la force de réflexion et la puissance poétique de ces histoires».

Marc Buléon

« On l’avait quitté avec la « Géométrie des silences », qui narrait son expérience avec les autistes, le voici avec « Babel ». Ce tout nouveau spectacle de Marc Buléon est un conte fabuleux, un rêve inaccessible autour de la mythique tour de Babel. La première a eu lieu hier soir, jeudi, dans un lieu méconnu des Nantais, La Ruche, sublime petit théâtre, niché dans une rue qui mène à la place Viarme.

En voyant la carrure du gaillard, un ancien ébéniste, débarquer avec ses minuscules personnages de fil de fer et de bois, ses bobines et mécanismes d’un autre siècle, on pense au cirque de Calder, quand le géant maniait alors trapézistes et clowns. Mais la comparaison s’arrête là.

L’univers de Marc Buléon déploie mille et une autres facettes artistiques bien à lui.

A base de langages (ré) inventés et réels du monde d’hier et d’aujourd’hui, d’ombres portées à la chinoise, on entre dans ce qu’il qualifie lui-même « d’esthétisme particulier » où le geste prend autant de valeur que le verbe.

La poésie est omniprésente, l’amour, la violence, la hiérarchie, la mort aussi. Détail rigolo, il a même utilisé d’anciens bonhommes de baby foot et tout son univers « rentre dans ma valise« .

Un petit bijou de conte à mettre entre toutes les mains, les oreilles et les yeux. »

Stephane .Pajot – Presse Océan

ORPHÉE

Orphée,

C’est l’homme qui a le pouvoir, par la grâce de son chant, de terrasser les fauves ou d’apaiser une foule en colère.

C’est ce garçon joyeux qui aime Eurydice.

L’histoire aurait pu être simple mais Eurydice va mourir ; ce n’est pas un secret.

Commencera alors le grand voyage dans les sombres Enfers.

Par amour il ira la chercher jusqu’au royaume des morts.

Nous sommes trois, Julien Béhar (saxophones), Christophe Chaïr (percussions) et Marc Buléon (conte) pour vous guider dans ces lieux enfouis où séjournent Sisyphe, Tantale, Hadès, Cerbère…et d’autres personnages étonnants de l’incroyable mythologie grecque.

Nous avons exploré cette histoire vieille de presque deux mille ans durant cinq jours à la Cornuaille (49). Nous en avons sondé le sens en sons et en mots et la redonnons à écouter.

orphee - credit Mr Ferrow

J’ai souvent raconté le mythe d’Orphée, seul ou en compagnie de musiciens, mais j’ai envie de le côtoyer à nouveau comme une histoire dont on ne se lasse jamais parce que l’on en découvre à chaque fois de nouveaux aspects.

C’est une histoire qui questionne l’amour, celui qui régit nos vies. C’est un récit qui parle de rire, de beauté, de plaisir mais aussi de la souffrance et la perte. Quelle place laisse-t-on à l’être aimé ? Quelle confiance lui accorde-t-on ?

Revenir à Orphée, en compagnie de deux jazzmen à la musique délicate, c’est offrir aux spectateurs un voyage au cœur de nos sentiments amoureux, au sein même de ce qui nous rend vivants.

Et que l’on se rassure : Même dans les Enfers du dieu Hadès – où finit par se rendre Orphée – se passent des histoires étonnantes et drôles !

LA GÉOMÉTRIE DES SILENCES

« La géométrie des silences » est un récit nourri du travail que Marc Buléon mène depuis de nombreuses années  auprès de huit conteurs-musiciens autistes adultes et de collectages effectués dans leurs familles.

La vie de l’un d’entre eux, de sa naissance à aujourd’hui, et son passage de la non parole à une forme de parole, complètement éclatée certes mais pleinement assumée, constitue l’ossature de ce récit.

Marc Buléon a choisi la forme « épique »  tout simplement parce que la vie du personnage principal, Pépé Buenos , Indien du Brésil , a dans la réalité été une véritable épopée. De plus, cette forme permet par nature un passage permanent de la réalité à la fiction ; or, il s’agit bien, dans ce spectacle, de partir d’une expérience vécue -la découverte en profondeur d’un monde inconnu, l’autisme- et de la restituer sous une forme artistique en la transcendant.

Crédit Photo : JB Gaillet

Crédit Photo : JB Gaillet

Avec « La géométrie des silences » Marc Buléon rend hommage à 8 personnes autistes avec qui il travaille le conte.  Il parle d’elles et d’eux avec simplicité, naturel et humanité. Il raconte leur vie, leur quotidien, leur famille et leurs rêves… Il devient chacun d’entre eux avec justesse et sensibilité.

Marc Buléon prend  aux tripes, au cœur et au cerveau un public qui n’a de cesse de le rappeler au terme de son cheminement, comme pour mieux le remercier d’avoir sorti de l’ombre une part précieuse de l’humanité.

Tantôt narrateur, tantôt témoin, souvent acteur  de ses personnages,

Marc Buléon fait la part entre handicap et richesse.  Le tout au fil d’une création profondément artistique.

 

Ce spectacle est soutenu par la Région Pays de la Loire et le Conseil Général de Loire Atlantique.

Coproduction : « Paroles de partout », Conservatoire contemporain de Littérature Orale de Vendôme et le TNT à Nantes

Articles de presse :

Le Journal de Saône et Loire